L’art du meurtre de Chrystel Duchamp.

couv30087608

Le corps de Franck Tardy, avocat à la retraite, est retrouvé dans son luxueux appartement du XVIe arrondissement. Il a été torturé, mutilé, puis assis à une table dressée pour un banquet. Un crime de toute beauté !

Dépêchée sur place, l’équipe de la PJ découvre que l’homme – un collectionneur – fréquentait les clubs sadomasochistes de la capitale. Et que, malgré sa fortune, il était à court de liquidités.

Quand le corps d’un autre amateur d’art – dont la mort a été soigneusement mise en scène – est retrouvé, le doute n’est pas permis : un tueur en série est à l’œuvre.

Pour le lieutenant Audrey Durand, cette enquête dans le monde de l’art contemporain sera-t-elle l’occasion de faire taire ses démons, ou se transformera-t-elle en une plongée hypnotique aux confins de la folie ?

Hello tout le monde

Aujourd’hui je vous retrouve pour vous parler d’un livre qui est clairement une de mes meilleures surprises en général dans ma « carrière » de lectrice.
Il faut savoir que de prime abord je n’ai pas spécialement flashé sur « L’art du meurtre » à cause de la thématique de l’art justement car franchement à part des cours d’histoire de l’art au lycée il n’y a pas loin de dix ans je n’y connais pas grand-chose.

Finalement je suis retombée sur ce livre en traînant un peu sur les réseaux et là d’un coup il m’a fait penser à Hannibal dont je suis une fan absolue de la série, j’ai vu le premier film et ça reste du très bon mais mon cœur va clairement à la série.

Eh bien je ne regrette tellement pas d’avoir découvert ce livre ! Pour vous dire j’écris il est actuellement 1h25 du matin, j’avais prévu d’écrire cette chronique « demain ». Sauf que j’étais toujours en train de ruminer sur ce livre plusieurs heures après en avoir tourné la dernière page il fallait donc vraiment que je vous en parle.

Déjà il y a le personnage d’Audrey lieutenant de police avec qui on va suivre l’enquête. Honnêtement je ne me souviens pas avoir déjà aussi vite apprécié un personnage, c’est simple en 3 ou 4 pages avec elle j’étais déjà conquise. L’auteure a une telle façon de la faire vivre, de nous faire ressentir ses émotions, ses cheminements, son évolution qu’à la fin je ne pouvais que la classer dans mes coups de cœur littéraire. Après le fait que ça soit arrivé aussi vite je n’en reviens toujours pas maintenant.

Autre point très positif c’est qu’il n’y a pas qu’Audrey qui est intéressante. Je m’explique, dans les thrillers de type crime(s) où on suit une équipe qui enquête souvent en dehors du personnage souvent l’équipe est là avant tout pour apporter de « réalisme » au récit mais au final on n’y porte pas vraiment intérêt. Bien sur il y a des exceptions comme le département V mais je pense que vous voyez l’idée. Ici au contraire Chrystel Duchamp nous propose de suivre une vraie équipe, à laquelle je me suis attachée, dont on suit les relations, les coups de sang. La vie tout simplement et on y suit de très belles relations comme celle entre Audrey justement et Patricia que j’ai trouvé très touchante. Ça m’a beaucoup fait pensé à l’esprit de corps qu’il y avait dans les premières saisons d’esprits criminels. L’histoire en elle-même d’ailleurs je trouve collerait très bien à une adaptation de ce type.

Pour en revenir à la thématique de l’art qui me faisait si peur elle est effectivement présente tout au long du récit mais c’est fait de façon à ce qu’à aucun moment ce ne soit rébarbatif tout en nous apprenant des choses sur ce monde, moi en tout cas j’y ai appris des choses et je pense que je ne verrais plus l’art contemporain de la même manière. Comme promis dans le résumé l’art est d’ailleurs aussi au centre des scènes de crimes comme de l’enquête de quoi offrir quelques moments à clairement ne pas lire au moment du repas. D’autant plus si comme moi vous êtes sensible à tout ce qui est autour du corps, je ne suis clairement pas une hyper sensible pour le coup mais il y a plusieurs passages autour de ça qui m’ont arraché quelques grimaces.

Après j’ai trouvé que ce n’était pas du trash pour du trash et sans entrer dans les détails une des résolutions de l’enquête m’a beaucoup plu et limite ému. Oui je dis bien une des car il y a une espèce d’escaliers de fins que je n’ai absolument pas vu venir d’un côté comme de l’autre limite comme si j’étais une petite bleue du thriller. En tout cas j’ai beaucoup apprécié être surprise vraiment jusqu’à la dernière page et si j’ai adoré la petite référence au silence des agneaux je trouve qu’une des fins se prêterait parfaitement à une suite à la Hannibal mais pour savoir pourquoi je vous invite à découvrir « L’art du meurtre ».

Au final on est sûr un gros coup de cœur et un excellent récit qui peut parfaitement se lire d’une traite pour ceux qui aiment se faire ce genre de trips. L’action ne retombe jamais, c’est très efficace avec des chapitres courts et des petites révélations à quasiment chaque fin de chapitre. Le tout servi par une écriture percutante, on en oublie qu’on est face à un premier roman et je mets clairement Chrystel Duchamp dans ma liste des auteures à suivre.

À découvrir de toute urgence !

Je remercie les éditions Archipel pour leur confiance.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s